Tranches de vie

Gourmandises pour les 2 pattes

28 novembre 2021

jardin et déco noel

– Les dernières roses du jardin le 26 novembre 2021-

Je ne me lasse pas de photographier notre jardin régulièrement, selon les saisons, car je l’avoue, j’ai une légère tendance à l’auto-congratulation lorsque je réussis particulièrement des semis, ou des plantations.

La joie de voir pousser fleurs et légumes, est associée également à la contemplation des animaux qui viennent chez nous. Ca doit s’ébruiter dans les environs que nous aimons les arbres, la faune, la flore. Une vraie  colonie de mésanges, mais aussi des rouges gorges, geais des chênes, pies, merles, grives et sitelles torchepot sont les espèces les plus admirées dans notre jardin, même si difficiles à photographier. Nous avons pu constater l’été qu’il y avait aussi énormément de chauve-souris, de papillons et d’insectes divers et variés, et même une salamandre.

Il faut dire, pour être tout à fait transparente, que pour inciter les animaux à adopter notre jardin, je les appâte : je laisse des fruits de notre figuier, de nos bébés noisetiers, et de nos deux pommiers, à terre pour les oiseaux, mais également pour le hérisson et les écureuils. Ils se servent aussi allègrement dans nos framboisiers, fraisiers, nous sommes partageurs !

Toutefois, actuellement, les températures baissent et les boules de graisse du commerce sont trop vite picorées par les oiseaux. Une seule solution : réaliser moi-même leur nourriture.

Pour cela rien de plus simple, il suffit de mélanger 100g de graisse végétale fondue, avec environ 70 à 80g de flocons d’avoine, et des graines décortiquées (tournesol, morceaux de noix). Faire prendre dans des moules à muffins par exemple, quelques heures au congélateur, puis disposer dans des réservoirs à boules, en hauteur pour favoriser ce bal des oiseaux.

IMG_20211110_094220 IMG_20211110_104700

IMG_20211110_104728 IMG_20211110_104748 IMG_20211115_122905 IMG_20211115_151505

Depuis que je les nourris avec ce mélange, ils boudent la boule du commerce, j’en déduis que je dois continuer mon nourrissage !

Alors, je me suis renseignée sur le site de la Ligue pour la  Protection des Oiseaux de Franche-Comté. Il est certain que l’année prochaine il y aura des plantations de tournesol pour nourrir d’une manière naturelle les oiseaux du jardin !

Voici des extraits de recommandations de la LPO :

 » (…) préconise un nourrissage seulement durant la mauvaise saison, en période de froid prolongé de la mi-novembre à fin mars. Dès lors que le nourrissage a débuté, il est préconisé de ne jamais stopper celui-ci. Il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux au printemps et en été car beaucoup d’entre eux deviennent insectivores à cette saison 

Il faut savoir que chaque espèce d’oiseau possède des besoins spécifiques. Le mieux est de choisir des mélanges de graines, qui conviendront à de nombreuses espèces, quelle que soit la taille de leur bec.

Les graines de tournesol noires, non grillées, non salées sont particulièrement adaptées aux besoins des oiseaux à cette période, tout comme des pains de graisse végétale (bannir toute graisse animale et graisse composée d’huile de palme) mélangés ou non avec des graines, des fruits flétris (pommes, poires, …) sont également intéressants pour les oiseaux du jardin !

En hiver il est particulièrement difficile pour les oiseaux de trouver à boire et de quoi prendre un bain, surtout lorsque le gel et la neige sont présents ! Il est donc important de coupler votre mangeoire à un abreuvoir qui doit être peu profond et dont l’eau doit être fréquemment changée (quotidiennement si possible). Petite astuce pour que votre eau ne gèle pas : vous pouvez placer un bouchon en liège sur la surface de l’eau, son mouvement incessant évitera à l’eau de se figer.

Les sept grands conseils

  • Déposez la nourriture dans un endroit à l’abri des intempéries et hors de portée des prédateurs.
  • Choisissez une nourriture adaptée en privilégiant plutôt les mélanges de graines qui conviendront à de nombreuses espèces, quelle que soit la taille de leur bec et quels que soient leurs besoins (tournesol, millet, maïs, avoine…)
  • N’oubliez pas de proposer de l’eau (à renouveler tous les matins en cas de gel).
  • Évitez de mettre trop de nourriture en même temps et au même endroit, pour limiter les conflits entre espèces.
  • Nettoyez régulièrement vos mangeoires et abreuvoirs pour éviter l’apparition de maladies.
  • Ne donnez pas de restes de repas, souvent trop salés, trop sucrés ou trop cuits pour leur organisme.
  • Lorsque les beaux jours reviennent, commencez par diminuer les quantités avant de stopper le nourrissage.« 

IMG_20211126_114551

En fait, je ne suis pas une grande spécialiste des espèces d’oiseaux, aussi, j’ai toujours à portée de main, un livre fort utile : « le guide du promeneur dans la nature ».

Coté cour pavée, nous avons même eu la visite d’une poule faisane le mois dernier. Il arrive également que les canards ayant élu domicile sur la Loue s’invitent chez nous.

IMG_20211015_132157

Si vous avez des recettes à partager pour les oiseaux du jardin, ou des titres d’ouvrages à me conseiller pour admirer et identifier faune & flore, n’hésitez pas, je suis partante !

Vous pourrez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Marie-Noëlle Lamy 29 novembre 2021 à 9 h 26 min

    Bonjour Frédérique !
    Quel bel article sur la nature ! Très attentifs également au bien-être des oiseaux de notre jardin, j’ai beaucoup aimé les conseils que vous donnez. Petite question : les boules de graisse ne ramollissent-elles pas trop lorsqu’elles sont sorties du congélateur.?Les températures ne sont pas très hautes à Colmar mais je crains malgré tout que les boules ne soient trop molles.
    Merci de me faire part de votre expérience.
    Bonne continuation dans une région où il semble faire bon vivre.
    Cordialement
    Marie-Noëlle

    • Répondre Valentine 29 novembre 2021 à 11 h 04 min

      Merci Marie Noelle pour votre message. Rassurez-vous, en fait dès que les températures sont inférieures à 6°, les boules ramollissent mais se tiennent parfaitement. Il faut songer à bien tasser le mélange dans les moules avant de mettre au congélateur. Avec les proportions indiquées, et compte-tenu de la taille de mes moules à muffins en silicone, je fais 6 « boules ». J’en mets deux par deux, les autres restent au congélateur, ou dehors dans une boite, en attendant que la mangeoire soit vide. La nature est bien faite, les mésanges picorent, font tomber des miettes à terre que les merles s’empressent de dévorer… Rien ne se perd ! Bonne journée à vous, peut-être sous la neige ? Ici elle n’a pas tenue…

    Laisser une réponse